MÉMOIRES ET DROITS DES AFRO DESCENDANTS

Livres à lire et films à voir

Par: Ghyslain HEKPEK VEDEUX

        Contact: messy@hotmail.fr

Film: [SILENCE] ... ou comment 

                     l'évangélisation fut [apostasié]...au Japon 13-02-2017

                                                              

[Le silence] est ici l'absence de récit décrivant les massacres et autres conséquences de l'évangélisation en Europe-Afrique et partout ailleurs dans le monde où la chrétienté (comme le Judaïsme et l'Islam à d'autres époques) c'est imposée pour préparer le terrain au capitalisme par la colonisation, la racisme et le système esclavagiste et ceci majoritairement en l'Afrique.

Pur produit de la méritocratie-rêve américain Martin Scorcese, en bon chrétien "non pratiquant" avec un prosélytisme grossièrement implicite ne cesse d'évangéliser dans un film où il tente pourtant de faire croire au spectateur le contraire. Si l'introduction (plus de 50min sur 2h40 de film) est soporifique et met mal à l'aise tant le mythe des prêtres martyrs ne peut gommer l'historicité de l'époque évoquer, elle ne peut nier qu'
en 1640 c'est bien le Portugal, l'Espagne et la Hollande qui commencent  massivement a tuer et massacrer ceux qui ne se soumettent pas à l'évangélisation tout en s’entre déchirant dans la quête de nouveaux comptoirs coloniaux dans les dit "nouveaux mondes", car oui ces "mondes nouveaux" fantasmés sont multiples. Toutes les contrées où débarquent ces "chasseurs de bonne/mauvaise fortune" résisterons  en mettant en avant la [foi] en leur cultures et traditions et céderons pour la plus part le fouet ou la mort. Les missionnaires et autres évangélisateurs étaient financés pour leurs voyages par des investisseurs dont le seul intérêt était de récolter des bénéfices financiers pour accroître [leur pouvoir]. Ainsi, le capital a financé le colonialisme imposé par la hiérarchisation raciale soit par un système raciste et esclavagiste et plus précisément par une économie de prédation qui se servait de la hiérarchisation raciale pour prospérer.

Au japon, ce système de prédation échoua. Si ce film laisse croire volontairement que les "gentils" prêtres jésuites y allaient pour soulager la condition sociale des nippons en leur inculquant "la foi chrétienne" et en proposant "le paradis" céleste à des "villageois" qui les attendaient les bras ouvert puisque sur cette terre leur quotidien n'était que labeur, alors que dire du [silence] de la condition des peuples d'où étaient originaire ces mêmes prêtres..."sauver des âmes" à l'autre bout du monde, alors même qu'en Europe, le servage et surtout l'inquisition du 13em au 17em siècle faisait rage , ainsi que les tortures des hérétiques et la traque des apostats... La société nippone compact et hermétique parvient à faire exactement aux colons européens ce qu'ils ont fait en Afrique et ailleurs dans le monde, non pas de les repousser à la mer, mais à les contraindre à l'apostat de la chrétienté  par une emprise psychologique très bien transcrite et à les assimiler à leur culture et à leur religion Bouddhiste par la torture et aussi par...les décapitations. Presque qu'admirable...
Tous les convertis évangélisés et surtout ceux africains doivent voir cette production. Contrairement à ce que disent les descriptions de ce film, à aucun moment il ne s'agit de [foi] ou [de doute] d'un dieu silencieux ou pas. L'unique fil conducteur ici est LE POUVOIR DE POSSÉDER L'AUTRE afin de mieux l'assimiler et L'EXPLOITER. La foi n'est qu'un moyen. S'il garde celle originelle, le dominé choisi la torture jusqu'à l'agonie. Quand il s'apostasie, soit renonce à la foi en sa culture/traditions/aïeuls, il accepte qu'il a perdu le control de son destin et renforce donc par sa soumission et donc en "acceptant" d'être exploité le pouvoir de son bourreau.

A lire: De la question Sociale à la question raciale ? 3-7-2016

 

De la lutte des classes à la luttes "des races", la question sociale ne peut être dissociée de la question raciale dans le mode de production sociale occidentale/eurasiatique dans lequel une majorité d'entre nous vivent et spécifiquement ici dans le mode de production social français basé sur la hiérarchisation raciale.

Didier et Eric Fassin, le premier anthropologue, sociologue et médecin, le second chercheur et professeur de science politique dans ce livre explicite, démasquent ce que l'idéologie républicaine Française feint de ne pas comprendre (déni et refus de voir que la visage de la France est plus que jamais multiculturel), à savoir que ce système de facto est raciste puisque structuré socialement avec une hiérarchie incluant les concepts de "races" et dans la hiérarchie de ce mode de production social occidental/eurasiatique, tous les non-blancs qui économiquement jouent un rôle significatif dans cette société occidentale/eurasiatique sont invités à devenir blanc socialement et s'il le sont racialement le suprématisme blanc s' installe et se perpétue "naturellement".

Donc pour les africains, les afrodescendants , les nord africains en somme pour les non-blancs, cette hiérarchisation devenu raciale a un tel impact que même si ces (les non-blancs) derniers échappent au "déterminisme" voulu par cette hiérarchisation raciale républicaine, le suprématisme racial qui fige les catégories sociales avec au sommet de cette hiérarchie "les blancs" à qui un arsenal législatif vient donner plus de droit pour les conforter dans leur privilège de classe, devenu prioritairement des privilèges réservés "à la race blanche". Ce sont ces mécanismes qui ancrent et qui font le système raciste puisqu'il est initialement structurel.

Face à ce constat, les "minorités visibles" comme le nomme le politiquement correcte en France pour ne pas citer, les "noirs" et la "arabes", ne sont pas forcément des communautés partageant une même culture mais des groupes sociaux rassemblés par l'expérience vécu et partagé des discriminations racistes. Cela dit, à l'instar de l'ANC en Afrique du Sud, en France le conseil représentatif des associations noirs (CRAN) par exemple, si initialement sa création traite des questions politiques d'une minorité (rassemblée par l'expérience vécu des discriminations racistes), au fur et à mesure ce mouvement s'est développé et s'ancre désormais autour des questions politiques identitaires réunissant les africains et afrodescendants, d'Afrique, d'Europe et des Amériques que l'histoire commune rassemble autour d'une mémoire collective .
Pourquoi la comparaison avec l'ANC, car cette "minorité" noire Sud-Africaine était bien majoritaire en nombre dans tout le pays mais dominé par les lois ségrégationnistes et concernant la France, ceux décrit comme minoritaires sont eux aussi majoritaires quand ont y inclus l'ensemble ayant subit la politique expansionniste coloniale de la France qui ne se limite pas aux Frontière hexagonal. La république Française revendique ces territoires conquis en y ayant une main mise grace au néocolonialisme-capitaliste.
Il est donc inévitable que les questions politiques d'une minorité ne mutent en questions politiques culturelles et identitaires. L'antiracisme morale et universaliste ne peut plus taire l'antiracisme politique qui désormais s'exprime pour et...par lui même.

Merci Jessie Williams: le combat contre l'Afrophobie ... 27-06-2016

où que l'on se trouve est une priorité.

Vidéo: Discours de Jessie Williams contre l'afrophobie

 Lire le texte  complet en cliquant ici

Aux membres de la Commission européenne

en charge des "hate crime" soit les crimes de haine et crimes policiers voici la question que je leur ai posé ce jeudi 23 juin 2016 au parlement Européen à Bruxelles après qu'ils nous aient expliqué, le travaille "extraordinaire" et les moyens qu'ils mettent pour "plus d'entrainement" pour les policiers:
Question:

" mesdames, qu'est ce qui est fait concrètement dans le recrutement des policiers, car nous constatons que malheureusement ce sont toujours des policiers "blancs" qui pourchassent majoritairement des "noirs" et des "nord africains" (en faisant référence à la condamnation de l’État de sa police en juin 2015 en France par la cour d'appel de Paris pour les contrôles aux faciès), sachant que la police recrute majoritairement dans des groupuscules d'extreme droite et donc tant qu'on aura une majorité de policiers avec des pratiques racistes, le problème des  "hate crime" ne sera pas réglé. Donc qu'est qui est fait au niveau du recrutement pour que dans la police il y ait une vrai mixité et diversité, afin que toute la population y compris celles des « non-blancs » se sentent réellement représenté et protégé par cette même police ?...
...Inutile de préciser j'ai pas eu de réponse clair...en face c'était bien ... des politicien(e)s.

Qu'est ce que l'afrophobie ?

Sur le plan international nous (noirs panafricains) définissons  le racisme anti-noir politique et désormais le désignons [Afrophobie].
C'est ce terme/mot que nous devons désormais promouvoir et utilisé lorsque nous souhaitons désigner le racisme anti noir.

Pourquoi  utiliser "afrophobie?"  

·c'est un terme universel et d'où qu'on soit dans le monde, on comprend immédiatement à quoi cela renvoie.

·Secondo, c'est un terme promu et défini par la communauté noire panafricaine contrairement à "négro" donc je m'abstiendrai ici de donner  l'origine et la definition/concept auquel ce mot renvoi.


A quoi renvoi la definition/concept que nous donnons à "afrophobie" ?
aujourd hui le mot "racisme" est devenu polysémique, il signifie à la fois, islamophobie, antisémitisme, romophobie...etc,
mais il a perdu son sens initial qui est structurel soit  la hiérarchisation c'est à dire la domination des blancs sur les noirs et les noirs sont toujours dans cette hiérarchie tout en bas socialement et racialement, car oui initialement le racisme est structurel et signifiait, domination des blancs sur les noirs, or aujourd hui le mot "racisme" nomme toutes les autres formes des discriminations basées sur la "typologie" des groupes de populations nommées plus haut.

La hiérarchisation et l’infériorisation des groupes en fonction de leur typologie soit le système raciste, a été légitimé par des "scientifiques idéologues racistes" très influent tel que, Charles Darwin, Joseph Arthur GobineauFrancis Galton, Georges Varcher De Lapouge...etc

Comment dé-construire cette hiérarchie?

  1. les personnes (les blancs) au sommet de cette hiérarchie n'abandonneront pas leur privilèges et une très grande majorité combatent même pour rester au sommet de la hiérarchisation sociale et raciale dont ils ont "hérité" .
    L'afrophobie est la peur des ces "blancs" de perdre le pouvoir qu ils ont ont obtenu et ceci renforcé par un arsenal législatif contre les noirs permettant de maintenir la hiérarchisation en leur faveur.  
    Quand nous parlons  aujourd hui de racisme nous parlons de tout sauf du racisme contre les noirs car il n'existe pas de mot/concept d'envergure universelle qui désigne spécifiquement ce racisme. Maintenant l'Afrophobie, tel que définit ici, propose de combler ce manquement. En parlant d'Afrophobie, où qu'on le prononce dans le monde, on sait de suite à quoi cela renvoi et ce que cela signifie sans besoin de traduction.

Les trois piliers du racisme structurel et comment les dé-construire...?
1- la production de savoir
nous devons produire notre propre savoir et arrêter de nous laisser coloniser par l'enseignement nocif imposé lors des colonisations et qui perdure.

2- La production Economique et industrielle
les ressources  des pays africains doivent d'abord profiter aux africains et pas majoritairement comme c'est le cas au système capitaliste occidental.

3-la production politique 
partout où nous vivons,  dans les instances stratégiques et 
décisionnaires, nous devons y avoir nos semblables qui défendent notre mémoire, nos droits donc nos intérêts.      

La peur  des "blancs" de perdre le control et donc le pouvoir qu'ils s'octroient en controllant ses trois piliers  est ce qu'on nomme l'Afrophobie,  et donc la mise sous dépendance de l'Afrique, des africains et Afro-descendants où qu'ils soient dans le monde , leur infériorisation et leur mise sous dépendance sous toutes les diverses formes de racismes contre noirs malheureusement connues sont les manifestations de ce racisme que nous nommons systématiquement désormais AFROPHOBIE.



SOWETO, 16-17-18 JUIN 1976, CONSCIENTISER LA RÉVOLTE. 18-06-2016


L'auto-détermination des peuples envahi passe par la décolonisation des esprits, l'un des piliers de la colonisation étant de contrôler les peuples opprimés en les obligeant à penser et s'exprimer dans la langue de l’oppresseur. A cela le 16 juin 1976 les étudiants de Soweto dirent, NON. Cette jeunesse, consciente que les dirigeants racistes-ségrégationnistes en voulant leur faire passer des examens scolaires dans leur langue comprit de facto que les chaines de l'apartheid ne se briseraient jamais s'ils ne tentaient pas de se réapproprier leur destiné en réhabilitant dans la sphère "public et officielle" leur héritage cosmogonique et ce en premier lieu, leurs langues endogènes, l'isizoulou (langues des Zoulou 22,9%), isixhosa (langue des Xhosas 17,9%) , sotho du nord ( 9,2%), sesotho (langue des sothos du sud 7,7%), setswana (langue des Tswanes 8,2%), siswathi (langue des Swasis 2,5%), tshivendas (langue des Vendas 2,2%), xitsonga (langue des Tsongas 4,4%), Isendébéle (langue des Ndébéles, 1,5%), tout en manifestant leur rejet de la langue des  afrikaners.


  

                                                                                                                                                                                                                                                                 Photos: @global research

A cette initiale marche pacifique, les colons répondirent par des coups de feu sur une foule d'étudiants... Symbolique et désormais tristement iconique, la photographie prise par Sam NZIMA, d' Hector PIETERSONélève de 13 ans assassiné et mort des tirs des policiers, jette à la figure de la bien-pensance occidentale internationale ce qu'était la réalité de l'apartheid.  

 

                                                                                                  Photos: @global research


vidéo photos: LA REVOLTE DE SOWETO par le pr Amzat BOUKARI-YABARA

Images et Films: La France fait la guerre à l'Afrique "noir". 1-06-2016

Exil forcé des Africains pour un suicide programmé nommé: Emigration/Immigration.

 

Films vidéos 1 à 5.

Francafrique, la raison d'Etat.(partie 1)

         1                                  2                                 3                                  4                                5

vidéos: analyses et décryptages du réalisateur Patrick BENQUET

                                partie 1                                                    partie 2

Subir, se questionner, prendre conscience, s'organiser...

voir les cartes ci dessous...sans commentaires.


Lecture état des lieux : LE PÉCHÉ DU PAPE CONTRE L'AFRIQUE ... 25-05-2016

 

[...aucun texte où loi venant de l'Occident où des ses institutions ne saurait prendre en considération les intérêts légitimes de l'Afrique et des Africains. Il en sera ainsi tant que les Africains[...] n'auront pas enclenché le rapport de force et des actions rendant périlleuse, la présence, sur le sol Africain, de toutes les institutions occidentales [...] dont la mission est de pérenniser l’essentiel [...] inscrite dans la bulle du Pape NICOLAS V du 8 janvier 1454 qui est de "...réduire les Africains et les Noirs, partout dans le monde entier en servitude perpétuelle."...


 

Assani FASSASSI est professeur de sociologie politique et un éminent militant de l'antiracisme politique qui a été l'un des instigateur initial et principal des demandes de réparations liées à l'enlèvement, la déportation et  la vente des noirs Africains par les Européens (Français..) de l'Afrique vers les Amériques. Il est président du COFFAD (collectif des filles et fils d'Afrique Déporté). Il est également très impliqué dans l'organisation du culte musulman en France.

Auteur de plusieurs articles et ouvrages, Le Péché du Pape contre l'Afrique, permet de comprendre l'origine des mécanismes institutionnels et religieux chrétien, qui enferment les noirs Africains dans des croyances qui les maintiennent sous domination spirituelle et psychologique.

Le Pr FASSASSI explique avec beaucoup de justesse quand et comment sont arrivées en Afrique les religions chrétiennes et quelles étaient leurs objectifs initiaux ( soit "...réduire [les Africains et les Noirs, partout dans le monde entier] en servitude perpétuelle."),
mais il reste très peu objectif (vu sa fonction comme musulman on peut le comprendre) quand au rôle et aux objectifs pour lesquelles la religion Musulmane soit l'Islam est initialement arrivée en Afrique. Soit avec les quasi mêmes objectifs que les religions chrétiennes c'est à dire  la même volonté de conquête, d'infériorisation et de mise sous dépendance des peuples Africains.

Ce recueil est un rappel essentiel, c'est un [livre d'histoire], qui doit absolument être lu car si trouvent (presque) tous les textes fondateurs soit: 

  • La bulle papale du 14 janvier 1454, son originale et sa traduction, 
  • Rappel des [codes noirs Français de 1685 et 1724],
  • Définition essentiel: il ne s'agit pas de "traite des noirs esclaves" mais de "déportations et Yovodah"...  
  • Chronologie des luttes entre elles des puissances Européennes pour contrôler les territoires africains,
  • Conférence de Berlin de 1885,
  • Décryptage des textes bibliques mettant à nu la mensongère "malédiction" de CHAM.
  • Décryptage des prises des positions racistes  "de grands penseurs des lumières (V.Hugo, Voltaire...etc)"
  • déclaration des droits de l'homme de 1789 et de 1948 qui ne défendent que l'intérêt des occidentaux,
  • Chronologie du combat pour les [réparations] toujours en cours...
  • Conférence mondiale de Durban de Septembre 2001.

Ces textes, réunions, conférences...etc ont permis et permettent encore aux institutions occidentales de maintenir leur domination sur l'Afrique et les noirs Africains de par le monde.
Le première génération subit, la deuxième se questionne, la 3em se désaliène et conscientise sa communauté, la quatrième s'organise...Ce livre montre un aspect de l'état des lieux.

 

DON'T PANIC, ORGANISE.

Vidéo: La bulle du Pape qui Autorisa l'esclavage [des noirs]

Lecture de début de semaine: De l'Esclavages Aux Réparations... 24-04-2016

...Les Textes Clés D'hier Et D'Aujourd'hui.

[...Qu'est ce que les réparations...[...]...ne sont elles pas nécessaire pour sortir du colonialisme ?...]

 

Louis-Georges Tin, militant antiraciste et anticolonialiste, président du Cran (Conseil représentatif des associations noires), est l'un des acteurs principaux actuel qui pose des actes pour le combat en faveur des réparations. De l'esclavage aux réparations est un livre clé pour comprendre les questions et enjeux liées aux réparations. Enseignant universitaire, auteur de plusieurs livres. Panafricaniste, sa vision et réflexion  n'a de cesse de mettre en lien les communautés afrodescendantes, et pour parler simplement de rassembler les noirs de par le monde (Afrique, Europe, Amériques, Antilles, Asie, proche et moyen orient...), quels que soient leur religion, leur sexe, leur genre, et  "leur couleur de peau" car il y a des noires (comme classe sociale) qui s'ignorent à savoir que des blancs étaient traités et considérés comme des noires. Donc les réparations ne pourront aussi réellement avoir lieu et prendre sens que quand ceux à qui le colonialisme et le néocolonialisme profitent encore renonceront de gré ou de force à leur privilège [blanc]. Lutter et agir pour les réparations, c'est lutter et agir pour une égalité réelle, soit combattre et abattre l'infériorisation et la mise sous dépendance.

Louis Georges Tin l'homme aux multiples combat pour l'égalité des droits vidéo du 14-04-2016.

Lecture de fin de semaine, lu , à lire et relire: Peau noire, masques blancs 16-03-2016 

[Mon ultime prière:

O mon corps, fais de moi toujours un homme qui interroge!]

 

Frantz Fanon est l'auteur majeur à lire sur l'aliénation mentale subie par les afro descendants, médecin psychiatre, c'est par une analyse implacable qui met à jour les conséquences de cette aliénation et surtout comment en prendre conscience et s'en défaire pour à nouveau  réfléchir et comprendre par sois même [qui on est vraiment]. Cette oeuvre majeur,  peau noire, masques blancs, permet un réel [curettage] psychologique et psychique de tous afro descendants ou pas. La dissonance cognitive y est décortiquée. Mieux, elle se soigne. Livre salutaire qui en moins de 200 pages nettoie des siècles d'aliénation mentale.

Vidéo: Frantz Fanon: Écrits sur l'aliénation et la liberté (2016 France culture)

Film documentaire du weekend: Histoire de Saint DOMINGUE ancien nom de l'actuel HAÏTI.13/02/2016 

 

 

                                                                                                                                                                                                                     Photo carte Wikipedia

 

Max CHANCY est un intellectuel haïtien, enseignant universitaire , syndicaliste , membre du partie populaire de libération nationale, il sera arrêté, emprisonné et torturé en 1963. Libéré, il immigrera avec sa famille au Canada en 1965 où il continuera à enseigner à l'université du Québec à Montréal. Il y créera en 1972 avec son épouse la fondation [La maison d'Haïti]. A la chute de de F.DUVALIER en 1986 il rentre à Haiti.


Haïti, anciennement Saint Domingue est le premier espace peuplé d'Afro descendants majoritairement issus de la traite des noires (esclavage) à arracher sa volonté d' autodétermination. Sous l'impulsion de Toussaint Louverture Haïti combat l'armée de Napoléon Bonaparte qui est la plus puissante de l'époque et qui avait rétablit l'esclavage en 1802. TOUSSAINT et ses hommes seront vainqueurs mais ce dernier peu après sera fait prisonnier et déporté en France où il mourra dans une prison du Doubs. Jean Jaques DESSALINES continuera le combat et en 1804, finira par obtenir l'indépendance. Mais ce n'est qu'en 1825 que Charles 10 roi de France , forcé et contraint, finira par reconnaître cette indépendance mais imposera un remboursement de 150 millions de franc or, qui sera ramené à 90 millions en 1838 par Louis-Philippe 1er. Cette [dette] qui ne devrait pas en être à longtemps participé et participe encore de nos jours à perpétuer la très grande pauvreté dans laquelle se trouve le peuple Haïtien, qui depuis subit les affres du néocolonialisme Français, Espagnole et Anglo-Américain. 


En spécialiste et témoin direct de l'histoire d'Haïti Max CHANCY avec cette vidéo documentaire raconte "l'évolution" depuis ses origines à nos jours de son pays. 

1

2

3

4

5

Lecture du weekend: The Invention of the White Race, volume 1 : Racial Oppression and Social Control. 29/01/2016

 

http://www.amazon.fr/gp/product/1844677699/sr=8-3/qid=1454038817/ref=olp_product_details?ie=UTF8&me=&qid=1454038817&sr=8-3

 

L'auteur ici invite à une compréhension du monde [racialiste] basé sur la domination imposé de ceux que l'idéologie raciste à nommée et inclut dans "la race blanche". Cette [suprématie des "blancs"] qui  fut créée avec des privilèges  et installée perdure dans le monde dans  lequel nous vivons. Publié en 1975, et 1976, Théodore William "Ted" ALLEN qui était un écrivain activiste "blanc" américain organisateur des mouvements des parties travailleurs , invite le lecteur à une réflexion en décortiquant le concept inventé de [race blanche]. Rappelant que dès l'arrivée du premier Africain "noir" en virginie en 1619, il n'y avait pas de personne dite "blanche" ou de "noir".


Les exploités Européens puis Africains qui se retrouvaient "engagés" dans l'exploitation des terres américaines étaient tous de même condition sociale. Les concepts de [races blanche et noire] tel que nous les connaissons aujourd'hui avant le 15em siècle n'existaient pas. De cette époque à la fin du 18em et début du 19em siècle ces concepts furent progressivement développé par les colons "blancs" qui ont progressivement masqué la hiérarchisation des classes sociales inhérente à la construction et vision du monde eurasiatique par une hiérarchisation raciale où le principal exploité devenait dans ce "nouveau" monde l'Africain "noir".   Pour imposé leur  autorité et avoir la main mise sur le control de la société, [la race blanche] fut créée et imposée avec des privilèges afin de renforcer le mythe de la supériorité "raciale blanche". Théodore William ALLEN, fait un rappel essentiel du rapport historique entre Britannique et Irlandais. Britannique qui enlevaient (Kidnapping = kids = enfants;  napping = piquer-enlever;  kinapper = ravisseur(enlever des) d'enfants) des jeunes Irlandais et les revendaient dans "le nouveau monde" comme esclaves. Les immigrants Irlandais ajoutés aux Britanniques et autres descendants européens qui voulant échapper aux persécutions dus à leurs  basses conditions sociales  ont tôt fait de vite s’installer  dans cette nouvelle organisation sociétale ceci afin d'échapper à leur statut social initial pour dès lors  jouir des privilèges instaurés pour [la race blanche], concept créée  en fonction des couleurs de peaux pour  mieux reléguer les natifs américains (Indiens) et les Africains américains (noirs) à un rôle de subalterne.

Comprendre l'origine des privilèges dus aux "blancs" y comprit dans le monde qui nous régit en 2016, est essentiel pour mieux cerner l'idéologie racialiste qui initialement tente de masquer la problématique séculaire de la lutte des classes issus du mode de production sociétal eurasiatique. Le suprématisme et ses privilèges réservés aux "blanc" issus de l'idéologie racialiste fait le socle du contrôle social où s'encre le système du capitalisme et donc une minorités  richissime bénéficient et pendant que nos politiques à leur services nous enferment dans une vision et des débats "identitaires", les inégalités sociales non seulement se perpétuent tout en aggravant l'écart des richesses entre une minorité puissante qui arme de certains privilèges une classe sociale intermédiaire qu'elle charge de [persécuter] par le contrôle mental et physique dans un but d'enrichissement, une classe exploités  donc la condition sociale est la plus basse . Les pauvres, les exploités n'ont pas de couleurs, ils  sont "rouges", "jaunes", "noirs" ou "blanc". La supercherie dès l'origine  jusqu'à notre époque étant par cette hiérarchisation par la couleur de continuellement opposer des exploités "blancs" à tous les autres damnés de la terre qu'ils soient "noirs", "rouges" ou "jaunes".

"The Invention of the White Race" de Théodore W.ALLEN: video présentation de Jeffrey B.PERRY

Service simple et accessible à tous

Créer un site gratuitement